Roman

PSG

Un cahier à la couverture défraîchie, deux carnets de notes et des dizaines de lettres jaunies par le temps, il n’en fallait pas plus pour attiser la curiosité de l’auteur et se lancer sur les traces de celui qui les avait rédigés.

Fin 1942, Antoine, jeune violoniste, étudiant au conservatoire de Lyon, fut happé par la déferlante de la guerre. Devenu agent de liaison, puis radio clandestin dans la Résistance, il parcourut l’Europe et plus tard le monde.

Au fil d’un récit captivant où se conjuguent le passé et le présent, le voile se lève sur une vie donnée, avec pour fil rouge la passion de la musique et la volonté de « tout mettre en œuvre pour que le message passe ».
Un roman historique réaliste, peuplé de héros ordinaires et riche en rebondissements.

Vers le site éditeur

  • Discipline : roman-historique
  • Parution : 21-04-2020
  • Auteur : André Bouisson
  • ISBN: 978-2-312-07226-5
  • Format : 150×230 mm
  • Nombre de pages : 244
  • Série / Collection : Les Editions du Net

 

Critique SB (Maj 20/10/2020)

Qui n’a pas connu le regret de refermer un livre en cours et l’impatience de le reprendre dès que les activités indispensables du quotidien le permettent, n’a pas encore rencontré le plaisir véritable de la lecture. Les livres qui vous taraudent ainsi sont rares, et « Par Saint Gabriel » en est un.

Nul besoin d’être un féru de transmission ou un passionné de la Seconde Guerre mondiale pour se laisser happer par cette histoire savamment construite. Le style est fluide et ne perturbe en rien l’immersion dans le récit. La narration garde un rythme soutenu d’un bout à l’autre ; les scènes sont décrites avec soin et néanmoins économie, sans jamais alourdir le « pas » de la lecture. Les personnages ont l’épaisseur de la vérité, et le héros principal de cette aventure devient très vite attachant : on le suit avec anxiété dans les soubresauts de son épopée au sein de la Résistance, qui le happe presque malgré lui et révèle peu à peu en lui des qualités insoupçonnées. On se surprend à regretter de ne pas l’avoir connu soi-même.

Quand l’œil atteint le point final, l’esprit est traversé par deux sentiments conflictuels : le plaisir d’avoir bouclé la boucle d’une aventure incroyable et … le regret d’y être arrivé si vite. A cela s’ajoute, sans déflorer l’intrigue, l’impression rugueuse pour l’ego d’avoir été le jouet de l’habile auteur.

Ce livre trouvera, à n’en pas douter, une large audience: les plus jeunes, assoiffés d’aventure, se régaleront et, qui sait, une porte sera peut-être ouverte dans le champ de leurs centres d’intérêt pour cette période fondamentale de notre Histoire, abordée par beaucoup d’entre eux exclusivement par le prisme potentiellement aride des programmes scolaires. Les moins jeunes seront emportés par l’efficacité de l’intrigue. Quant aux amateurs pointus de l’époque dans laquelle s’inscrit ce récit, ils auront leurs petites pépites glissées ici et là pour un plaisir plus égoïste.

VISITE DU PERE NOËL

Un article paru dans le Dauphiné-Libéré du 24 décembre 2020

 Cliquer sur la photo pour agrandirArticle DL 24dec20

Poemesducoeur |
Elenavagiasaintlouis |
Orée Noire de la Forêt Rouge |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Journal d'une lectrice...
| Felicina
| Karen Sarah Michel